Hermann Beaugrand
Naturopathe, Iridologue

Les moulins,
Quartier La Planchette
07400 Alba-La-Romaine
06.71.41.83.25
"La naturopathie simple et à portée de tous."

L’ortie

ortie

 

Qui ne connait pas l’ortie, cette plante détestée des enfants et de nombreux jardiniers et dans lesquelles il ne faut pas pousser nos grands-mères? Toutefois, sous sa réputation de « mauvaise herbe », l’ortie constitue l’une des plantes médicinales les plus utiles à posséder chez soi – sa richesse nutritionnelle en faisant également un aliment intéressant pour conserver une bonne santé.

 

Le terme d’ortie englobe de nombreuses espèces appartenant au genre Urtica dont le représentant le plus connu est sans doute la grande ortie ( Urtica dioica ) et que l’on ne doit pas confondre avec « l’ortie blanche » ou lamier blanc ( Lamium album ) qui n’appartient pas au même genre, n’est pas urticante et qui possède des propriétés médicinales différentes bien qu’intéressantes.

 

Généralement, on ne récolte que les jeunes pousses de l’ortie, c’est à dire les 4 premières feuilles, et ce de mars à novembre. Toutefois, gardez à l’esprit que l’ortie une fois fleurie devient beaucoup plus amère et donc moins agréable à consommer. De plus, si la majorité des plantes se cueillent le matin afin de conserver leurs principes actifs, c’est aussi à ce moment que le pouvoir urticant des orties est le plus puissant d’où l’intérêt de se munir d’une paire de gant pour la cueillette.

 

Une richesse nutritionnelle :

Si la composition des feuilles d’ortie peuvent grandement varier du fait de différents facteurs ( sexe de la plante, exposition, composition du terrain, … ), elle constitue néanmoins un véritable complexe de vitamines, minéraux et d’oligo-éléments  mis à disposition par la nature et qui ne nous coute rien si ce n’est d’éventuelles piqures.

 

En ce qui concerne les vitamines, les orties sont de véritables cocktails d’anti-oxydants puisqu’elles contiennent en quantité notable les provitamines A ( caroténoïdes ), et les vitamines C et E. Si on peut noter une quantité importante d’acide folique ( vitamine B9 ), les orties contiennent également de nombreuses vitamines du groupe B dont les vitamines B1, B2, B3, B5 et B6, ainsi que dans une moindre mesure, les vitamines D et K.

 

Pour ce qui est des minéraux et des oligo-éléments, l’ortie est particulièrement riche en calcium, en fer, en magnésium, en zinc, en bore, et en sélénium, ainsi qu’en plus faibles quantités, les minéraux comme le cuivre, le manganèse, le souffre, l’iode et le sodium.

 

À l’instar de nombreux autres alicaments comme la spiruline par exemple, les orties sont particulièrement riches en protéines ( entre 20 et 40% ) et contiendrais 18 des 20 acides aminés existants dont les 8 acides aminés essentiels à l’homme, de quoi être particulièrement indiquée chez les sportifs.

 

Outre sa richesse nutritionnelle, les orties contiennent également de nombreuses autres substances telles que la chlorophylle, des flavonoïdes, de la sécrétine (une hormone intestinale stimulant le pancréas, ou encore des enzymes précurseurs de certaines neurotransmetteurs dont l’acétylcholine.)

 

Enfin, on peut noter la présence de bêta-sitostérol dans les racines d’ortie, ce lipide particulier étant particulièrement indiqué dans les cas d’hypertrophie de la prostate et de ses conséquences dont la difficulté d’uriner.

 

orties

 

Comment l’utiliser?

  • En ce qui concerne l’alimentation humaine, les orties du fait de leur caractère urticant nécessitent d’être chauffées pour pouvoir être consommées. On peut donc les utiliser en soupes ou en veloutés, mais aussi en remplacement des épinards ou dans différentes recettes de soufflés, de tartes, ou de quiches.

 

  • Elle peut également être utilisée pour nourrir les animaux comme les poules ( en broyant simplement les feuilles ), ou séchées pour servir de plante fourragère pour le bétail.

 

  • En usage cosmétique, l’ortie du fait principalement de ses propriétés reminéralisantes est indiquée pour favoriser la pousse et la santé des cheveux, mais également des ongles. On peut alors l’utiliser par le biais de l’alimentation, mais aussi en lotion en faisant tout simplement des infusions d’orties qu’il faudra ensuite appliquer.

 

  • En agriculture, si les orties sont des membres à part entière de la biodiversité, on peut également en faire un purin qui agira comme fertilisant pour vos plantes, mais aussi comme répulsifs pour de nombreux insectes dont les pucerons.

 

  • Enfin, dans l’industrie, les fibres de l’ortie peuvent servir pour confectionner des vêtements afin de remplacer le coton, très gourmand en eau, le colorant vert que l’on peut également  en obtenir pouvant être utilisé en teinturie.

 

 

L’ortie, dans quels cas?

Du fait de ses propriétés reminéralisantes, toniques, dépuratives, anti-inflammatoires, ou encore diurétiques, l’ortie peut être indiquée pour traiter de nombreux maux:

 

  • Déminéralisation

 

  • Troubles rénaux : calculs, inflammations des voies urinaires, …

 

  • Anémie

 

  • Douleurs articulaires : arthrite, arthrose, pathologies rhumatismales, …

 

  • Hypertrophie de la prostate

 

  • Troubles des cheveux et des ongles

 

Hermann Beaugrand
Naturopathe, Iridologue

Les moulins,
Quartier La Planchette
07400 Alba-La-Romaine
06.71.41.83.25

1 Commentaire

  1. juin 18, 2014    

    Merci pour cet article intéressant. C’est un bon rappel de cette plante si bénéfique pour notre santé. Pour compléter ton dernier chapitre sur ses propriétés thérapeutiques, j’ajouterais qu’on peut l’utiliser sous forme d’infusion, de gélule, de SIPF ou de teinture-mère… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles

Retrouvez toute l’actualité sur facebook

Ateliers / Formations

Aucun événements prévu pour le moment.

Liens utiles

Cabinet de psychologie et de psychothérapie www.psychoaubenas.fr

Retrouvez-moi sur

Bien être et Beauté Bio indextwitterx