Hermann Beaugrand
Naturopathe, Iridologue

Les moulins,
Quartier La Planchette
07400 Alba-La-Romaine
06.71.41.83.25
"La naturopathie simple et à portée de tous."

Les petits maux de la grossesse

Les maux de grossesse

 

À quelques exceptions près, toutes les femmes au cours de leur grossesse sont confrontées à divers maux plus ou moins désagréables qui évoluent en même temps que leur enfant se développe ; ces troubles pouvant être diversifiés et leur intensité variée d’une femme à l’autre.

 

Constipation, nausées, brûlures d’estomac, problèmes circulatoires, hémorroïdes, maux de dos, cystites, problèmes de peau ou encore troubles du sommeil sont autant de petits désagréments qui bien que n’étant pas graves, peuvent être mal vécus pour la future maman s’ils ne sont pas pris en compte.

 

Si ces divers maux ne peuvent pour la plupart, être totalement supprimés, quelques exercices et conseils naturels peuvent toutefois grandement les limiter et améliorer le bien-être de la maman lors de cette période cruciale.

 

  • Une alimentation adaptée :

Les maux de grossesse

 

Avant tout, il convient de rappeler l’importance d’une alimentation saine, équilibrée et variée pour apporter tout les nutriments nécessaires au développement de votre enfant, mais également afin de limiter certains troubles directement en lien avec l’alimentation.

 

Sans aborder les produits véritablement incompatibles avec la grossesse ou encore qu’il convient de limiter comme l’alcool, le tabac, le thé ou le café, pensez à éviter autant que possible les aliments raffinés comme le pain blanc, le sucre blanc , le sel blanc ou les huiles raffinées qui en plus d’être très caloriques et de favoriser certaines pathologies comme le surpoids, le diabète ou l’hypertension, n’apporte pas ou peu de nutriments à votre organisme et à votre enfant.

 

Privilégiez des aliments et des céréales complètes ou semi-complètes, des huiles végétales vierges de première pression à froid ( en particulier de colza ou de cameline, mais ne les faites surtout pas chauffer), et surtout des fruits et des légumes frais.

 

  • Les nausées :

Particulièrement fréquentes chez certaines femmes lors du premier trimestre, elles peuvent être limitées en fractionnant les repas d’une part, mais également en évitant certains aliments et produits qui les favorisent comme les fritures, le parfum, ou encore le tabac.

 

Un exercice respiratoire efficace pour agir sur les nausées consiste à former un U avec la langue. Tout en gardant cette position de la langue, inspirez par la bouche et expirez par le nez jusqu’à disparition des nausées.

 

  • Les brûlures d’estomac et reflux gastro-œsophagien (RGO ):

Liés principalement à l’alimentation et à notre posture, ces troubles surviennent le plus souvent lors du troisième trimestre du fait que le bébé prend de plus en plus de place dans le ventre. Là encore, les repas fractionnés peuvent limiter les RGO et les brûlures d’estomac, certains aliments nécessitant absolument d’être éliminés comme l’alcool, le thé et le café, mais aussi les épices, les graisses et les sucres rapides.

 

Après avoir manger, évitez de vous allonger ou de vous « tasser » dans votre canapé ce qui favorise l’apparition de ce type de troubles et adoptez plutôt une position assise en surélevant vos jambes de façon à ce que votre buste et vos cuisse forme un angle légèrement supérieur à 90°.

 

  • Troubles circulatoires (jambes lourdes, varices, … ) :

Conséquence d’une prise de poids et de la compression de l’utérus sur les vaisseaux sanguins, les troubles circulatoires peuvent engendrer des douleurs, des œdèmes ou encore l’apparition et l’augmentation de varices. Avant tout, il convient de limiter la stagnation du sang dans les membres inférieurs en évitant les stations debout prolongées, mais aussi les vêtements trop serrés, ou encore les bains trop chauds.

 

Pratiquez une activité physique douce comme la marche ou la natation pour favoriser le retour veineux, portez des bas de contention, demander au papa un massage des jambes et surélever vos pieds à l’aide d’un coussin dans votre lit sont autant de solutions pour apaiser les jambes lourdes.

 

  • Mal de dos :

Avec l’augmentation du volume de l’utérus ou la prise de poids liée à la grossesse principalement lors du deuxième trimestre, la cambrure de la colonne peut être accentuée et peut occasionner des douleurs notamment en cas de scoliose.

 

Outre un rdv chez un kinésithérapeute ou un ostéopathe afin de corriger une mauvaise posture, des cours de préparations à l’accouchement peuvent également vous aider en ce sens, divers exercices à l’aide d’un medecine-ball pouvant également être intéressants comme celui qui consiste à être assis sur ce ballon et à étirer le dos le plus possible. Ou encore, toujours sur ce même ballon, celui qui consiste à être assis, et à faire des cercles avec son bassin.

Les maux de grossesse

  • Constipation :

Liée là encore à l’augmentation du volume de l’utérus dans l’abdomen mais aussi à la production de certaines hormones dans l’organisme ou une diminution de l’activité physique, la constipation est un trouble relativement courant pendant la grossesse et peut engendrer d’autres maux comme des ballonnements ou des hémorroïdes.

 

Afin de lutter contre ce trouble, la meilleure arme réside dans une activité quotidienne ( 20 minutes de marche par jour suffisent pour aider à l’évacuation des selles ), une alimentation riche en fibres ( privilégiez les céréales complètes, les fruits et les légumes frais ) et une hydratation suffisante en limitant les eaux fortement minéralisées.

 

  • La phytothérapie et l’aromathérapie :

Contrairement à beaucoup d’idées reçues, l’utilisation de plantes et d’huiles essentielles pendant la grossesse n’impose pas d’interdiction mais nécessite certaines précautions.

 

En effet, les plantes et les huiles essentielles sont composées de molécules possédant des vertus thérapeutiques, qui, dans le cas des huiles, les rendent particulièrement puissantes et efficaces. Toutefois, cette concentration en principe actif est si importante dans les huiles essentielles qu’une mauvaise utilisation peuvent les rendre dangereuses et contre-indiquées chez certaines personnes.

 

Ainsi, les huiles essentielles riches en cétone comme la sauge officinale, la menthe poivrée, ou le romarin verbénone seront absolument interdites chez la femme enceinte du fait que cette substance est potentiellement neurotoxique ( à forte dose) et peut provoquer un avortement, de même que les huiles essentielles ayant une action sur le système hormonal ( hormon-like ) comme le pin sylvestre, le genévrier commun, le cyprès de Provence ou encore l’épinette noire.

 

D’autres huiles peuvent quand à elles être irritante pour la peau et nécessiter une dilution dans de l’huile végétale, tandis que d’autres peuvent provoquer une photo-sensibilisation interdisant toute exposition au soleil.

 

Bien que naturelles, certaines huiles essentielles ne sont donc pas sans danger et ne doivent donc pas être utilisées en automédication lorsque l’on est enceinte. Toutefois, l’utilisation de plantes ou d’huiles essentielle peut être un remède particulièrement efficace pour traiter certains maux de grossesse (nausées, douleurs, stress…), il devra absolument être recommandé par un spécialiste lors d’une courte période et uniquement en application cutanée.

Avant d’utiliser une huile, pensez toujours à demander conseil à votre pharmacien ou à votre aromathérapeute.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hermann Beaugrand
Naturopathe, Iridologue

Les moulins,
Quartier La Planchette
07400 Alba-La-Romaine
06.71.41.83.25

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles

Retrouvez toute l’actualité sur facebook

Ateliers / Formations

Aucun événements prévu pour le moment.

Liens utiles

Cabinet de psychologie et de psychothérapie www.psychoaubenas.fr

Retrouvez-moi sur

Bien être et Beauté Bio indextwitterx